Les statistiques sur les films reçus pour le PriMed 2017

Pour le PriMed 2017 nous avons reçu 385 films en provenance de 40 pays.
25 films ont été sélectionnés en provenance de 11 pays , parmi eux 12 films ont été réalisés ou co-réalisés par des femmes.

Nombre de films inscrits au PriMed 2002/2017

nombre-de-films-inscrits-primed-2002-2017

Nombre de films par catégorie  – PriMed 2017

statistiques


Provenance des films inscrits au PriMed 2017

Provenance-films-inscrits-primed-2017


Régions de la Méditerranée concernées par les sujets des films sélectionnés – PriMed 2017

CARTE-MED-pourcentage-films-selectionnes-region2017

Nationalités des films primés – PriMed 2017

statistiques-nationalites-films-primes-2017

(Enregistrement des données : P. Lanfranchi, élaboration et statistiques F. Revelli) – Copyright CMCA 2018

Pour utiliser cette analyse merci de nous contacter à l’adresse cmca@cmca-med.org

>> Retrouvez ici le statistiques sur toutes les éditions du PriMed


Les grands thèmes de la sélection 2017

Le drame syrien

Que ce soit à travers la situation des civils en Syrie (“Syrie, Le cri étouffé” et “Un jour à Alep”) ou à travers celle des millions de personnes qui ont été contraintes de quitter le pays (“If I close my eyes”, “Né en Syrie”, “Kachach, Au-dessus de Zaatari”).

La crise migratoire

“Benvenuti” donne la parole aux habitants de l’île de Lampedusa, tandis que “Waste no.2 Wreck” explore son cimetière des bateaux. “Borderblob” dresse un état des lieux des frontières en crise. “La via d’uscita” propose des solutions pour accueillir les migrants en Italie. Enfin, “ Bolingo. La forêt de l’amour” parle du drame de ces femmes africaines qui se retrouvent seules avec leurs enfants au Nord du Maroc en attendant de pouvoir rejoindre l’Europe.

La place des femmes

Des femmes mariées de force lorsqu’elles étaient enfants témoignent dans “Child Mother”. “Syrie, Le cri étouffé” lève le tabou des viols perpétrés en toute impunité dans les prisons syriennes. “A footnote in ballet history ?” raconte le parcours d’une danseuse étoile devenue porte-étendard et promotrice engagée de la culture égyptienne.

La danse, un marqueur social et politique

Dans “A footnote in ballet history ?”, l’histoire du ballet égyptien épouse celle du pays tout entier. “Je danserai malgré tout !” impose la danse contemporaine comme instrument de lutte pour la liberté et l’indépendance en Tunisie. “Alalá (Joie)” fait du flamenco un vecteur d’expression pédagogique et d’intégration sociale dans un quartier sévillan.

Le travail, un patrimoine culturel et historique

“Mare nostro” dresse le portrait d’un village italien façonné par la pêche et le commerce maritime. “My mother the tobacco grower” se souvient du travail dans les champs de tabac grecs. “Chant acier” immortalise l’activité du site sidérurgique de Fos-sur-Mer.
Et aussi : L’Histoire de l’Italie (“Les années de plomb, Un tragédie italienne” et “Nessuno ci può giudicare”), Alger accueillant les révolutionnaires du monde entier (“Alger, La Mecque des révolutionnaires (1962-1974)”), les enfants volés à l’époque du franquisme (“L’héritage de Franco, Les enfants volés d’Espagne”), les conséquences du conflit israélo-palestinien (“Né à Deir Yassin” et “Gaza Surf Club”), le service militaire en Turquie (“
Attention !”) et l’exploration d’un quartier populaire de Cagliari (“Sant’Elia, Fragments d’un espace quotidien”).