«

»

Prix MULTIMEDIA DE LA MEDITERRANEE – PriMed 2013

Retrouvez ici la sélection des œuvres Multimédias sélectionnées pour la phase finale du PriMed 2013 :


17 OCTOBRE 1961, LA NUIT OUBLIEE

cliquez sur l'image de La nuite oubliée - primed 2013

Cliquez sur l'image pour accéder au web-doc

« La Nuit Oubliée – 17 octobre 1961 » propose une plongée interactive au coeur des événements qui ont secoué Paris le 17 octobre 1961, lorsque des affrontements ont éclaté entre les forces de l’ordre et une manifestation pacifique de Français Musulmans d’Algérie organisée par le FLN.
Les contenus originaux (témoignages mêlant vidéos, photos, sons et documents) s’articulent autour de quatre thèmes pour une compréhension globale de l’événement et du contexte de l’époque (6 témoins directs « dans la manifestation» ; 4 hommes « en coulisses du pouvoir » ; un jour dans la guerre d’Algérie ; se souvenir avec notamment Jean-Luc Einaudi).

 

DANS LES MURS DE LA CASBAH

image web doc Dans les murs de la casbah - primed 2013

Cliquez sur l'image pour accéder au web-doc

« Dans les murs de la Casbah » entraîne l’internaute dans ce dédale d’escaliers qui caractérise le quartier algérois. À chaque carrefour, au détour d’une ruelle, il a la possibilité d’entrer dans un café pour écouter les anciens, de pousser la porte de la maison des femmes ou encore de s’installer avec des étudiants parlants de leurs rêves d’avenir. Trois parcours virtuels sont proposés pour immerger l’internaute dans ce morceau d’Algérie et lui permettre d’écouter la parole des Casbadjis. En écho à ces témoignages, des chercheurs algériens nous aident à comprendre la Casbah. « Dans les murs de la Casbah » s’appuie sur les recherches d’universitaires algérois et rennais en sociolinguistique urbaine, une discipline qui étudie le champ urbain sous le double rapport de l’espace et des langues. Pour entrer dans ce quartier difficile d’accès, la réalisatrice a travaillé avec le sociolinguiste algérois Réda Sébih qui a, notamment, mené tous les entretiens en arabe.

 

HOMS, AU COEUR DE LA REVOLTE SYRIENNE

Homs au coeur de la révolte syrienne - PriMed 2013 voir le webdocumentaire

Cliquez sur l'image pour accéder au web-doc

Entrée clandestinement en Syrie en décembre 2011, Caroline Poiron, reporter photographe pour Géopolis, témoigne de l’état de la résistance au coeur de la ville rebelle de Homs. Pendant sept jours elle sillonne le quartier de Baba Amr aux mains des rebelles, des zones de combat aux hôpitaux de fortune. Elle y rencontre Tlass, le leader charismatique de la rébellion. Trois semaines plus tard, elle se rendra dans les zones contrôlées par le régime et ses milices.

 

 

 

UN ETE A ALGER

image web doc un été à Alger - primed 2013

Cliquez sur l'image pour accéder au web-doc

« Un été à Alger » est un documentaire transmédia tourné à Alger pendant l’été 2012 – celui du cinquantenaire de l’Indépendance de l’Algérie. Sur www.un-ete-a-alger.com, en juillet et août 2012, 4 jeunes et talentueux réalisateurs algérois racontent leur ville chacun avec leur intention en six épisodes. Un-ete-a-alger.com c’est six semaines de cinéma direct live :
– Lamine Ammar Khodja réalise un journal filmé à la première personne, et questionne les contradictions de son pays.
– Hassen Ferhani explore le quartier populaire de Cervantès, entre sa réalité et ses légendes (dont Tarzan et Don
Quichotte)
– Amina Zoubir impose sa féminité et sa caméra dans des lieux réservés aux hommes
– Yannis Koussim filme Alger la nuit, après la prière du Maghreb.
Chaque réalisateur tourne un épisode par semaine, mis en ligne le vendredi. Au fur et à mesure, « Un été à Alger » dessine un portrait subjectif, contemporain et polymorphe de la ville.

UNE JEUNESSE BOSNIENNE

Image web-doc Une jeunesse bosnienne - primed 2013

Cliquez sur l'image pour accéder au web-doc

20 ans après le début de la guerre, la jeunesse de Bosnie-Herzégovine s’affranchit de son passé. A travers plusieurs rencontres le webdocumentaire « Une jeunesse bosnienne » donne à voir des personnages face à leur destin, qui peinent à prendre leur vie en main, pris entre la corruption des politiques et le peu de perspectives à l’intérieur du pays. Certains fustigent le nationalisme, d’autres se remémorent leurs blessures de guerre, beaucoup rêvent de l’Europe. La
plupart souhaite avancer et fuie les célébrations commémoratives de la guerre.
La jeunesse de Bosnie-Herzégovine, de Banja Luka à Tuzla, de Sarajevo à Kuprès, en passant par Mostar se livre avec sincérité sur les préoccupations d’un peuple oublié, vivant aux portes de l’Europe.