MADE IN FRANCE – AU SERVICE DE LA GUERRE

52 minutes, 2020
Réalisation : Sophie NIVELLE-CARDINALE (France) et Alice ODIOT (France)
Production : Les Films du Tambour de Soie (France), Bonne Pioche Télévision (France), Arte (Allemagne, France), Stenola Productions (Belgique), RTBF (Belgique)
Avec la participation de Public Sénat (France)
En coproduction avec Shelter Prod (Belgique)

Le 17 juillet 2014, pendant l’opération « Bordure protectrice », un drone israélien cible une maison dans un quartier populaire de Gaza. Wassim, Afnan et Jihad, trois enfants qui jouaient sur le toit, meurent, les corps criblés par les éclats d’un missile.
Un enquêteur palestinien, Yamin al-Madhoun, chargé par l’ONG Al Mezan de récolter les preuves des crimes de guerre commis lors de l’offensive, découvre un petit bout de métal parmi les débris. Il y est inscrit « Paris, France » et le nom d’une entreprise française.
Pour la première fois, un lien juridique pourrait être établi entre un crime de guerre et un industriel français. Cette pièce à conviction permet le démarrage d’une procédure opposant les parents des enfants disparus à un fabricant de matériel de guerre.

Grand reporter, Sophie NIVELLE-CARDINALE couvre les conflits au Moyen-Orient depuis plusieurs années. Dès 2011, elle a été parmi les premiers journalistes à entrer clandestinement en Syrie. Ses reportages ont montré l’incroyable brutalité de la répression du régime syrien. Son travail a été récompensé par le Prix Bayeux des Correspondants de Guerre (2013), le Prix Albert Londres et les Etoiles de la SCAM (2016). En 2017, son équipe est la première télévision étrangère à entrer dans Raqqa avec les forces kurdes qui reprendront la ville à l’Etat Islamique (« La Bataille de l’Euphrate », Arte 2017). Elle continue aujourd’hui de réaliser des reportages et des documentaires sur les conflits au Moyen-Orient.

Alice ODIOT est une journaliste et réalisatrice française née en 1976. Elle est lauréate du Prix Albert Londres en 2012 pour son film « Zambie, à qui profite le cuivre ». Son travail s’intéresse au monde du travail, aux dérives du capitalisme et au milieu carcéral. Parmi ses documentaires : « Jusqu’à ce que la mort nous sépare » (2015), « Le mauvais œil » (2015) et « Des hommes » (2019, co-réalisé avec Jean-Robert Viallet).

Revenir à la catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *